MENU

Echanges de haut niveau sur l’évolution du processus électoral en R.D. Congo entre les acteurs de la Société civile et la CENI



Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Son Excellence Corneille NANGAA YOBELUO entouré des autres membres de l’Assemblée Plénière de la CENI  a échangé ce mardi 10 octobre 2017, à la maison des élections,  avec  une forte délégation des responsables   des organisations de la Société Civile de la ville de Kinshasa dans un cadre de concertation CENI-Société Civile.

Ils sont tous venus s’enquérir à la source du niveau d’avancement du processus électoral à l’aube de l’évaluation tripartite CNSA- Gouvernement-CENI qui aboutira à la publication du calendrier électoral par la CENI.

Corneille NANGAA a justifié juridiquement la tenue de ce cadre de concertation au vu de la Constitution et de la loi organique, spécialement en son article 25 et de l’Accord de la Saint Sylvestre à la page 11 qui demande à la société civile de vulgariser les textes légaux et le code de bonne conduite que beaucoup d’organisation ont déjà retiré et dont l’adoption se fera très prochainement avant d’inviter les différents responsables de s’imprégner de ces textes.

Une occasion propice pour le Président de la CENI de présenter d’une manière détaillée les avancées remarquables du processus en partant de l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs qui se poursuit dans le pays. Corneille NANGAA a également profité de la présence de ces hôtes de marque pour étaler les statistiques d’enrôlement à ce jour qui vient de dépasser les prévisions de la Commission Electorale Nationale Indépendante soit un taux de réalisation de 102,4% soit 42.119.380 électeurs enrôlés sur les 42.000.000 électeurs attendus. Ce dépassement se justifie selon le Président de la CENI par la non prise en compte dans les prévisions de la CENI des pré majeurs, des personnes nées au plus tard le 31 décembre 2000.

Séance tenante, soucieux de la transparence de la gestion de la Commission électorale, Corneille NANGAA a présenté à ces interlocuteurs toutes les activités que la CENI compte réaliser d’ici la fin de l’enrôlement des électeurs dans le grand Kasaï sous forme de chemin critique à savoir : le vote de la loi portant répartition des sièges par l’Assemblée Nationale, l’inscription des candidatures, la commande, production et livraison des matériels sensibles, le déploiement, le recrutement et la formation du personnel, les scrutins, le vote et le dépouillement, le ramassage et le contentieux. Il a indiqué que la CENI a besoin réellement de 621 jours mais après compression des jours, la CENI a besoin de 504 jours après la fin d’enrôlement pour arriver au jour de scrutin.

Au cours des échanges de plus de 4 heures du temps, appuyé d’une projection PowerPoint, Corneille NANGAA a indiqué qu’il est possible de compresser les jours avec les innovations que son institution compte introduire dans le système électoral congolais en vue de rationnaliser les élections notamment avec la machine à voter ainsi que le seuil d'éligibilité.

Démonstration à l’appui, cette fois-là répondant à la question d’opportunité du vote électronique, le président de la CENI a martelé en affirmant qu’il ne s’agit pas du vote électronique moins encore semi électronique mais plutôt de l’introduction d’une machine à voter qui permettra de réduire sensiblement le coût des élections et facilitera une publication rapide des résultats. La machine à voter est utilisable pendant plusieurs cycles mais surtout favorise une transmission rapide des résultats.

Le Président Corneille NANGAA a invité les participants à aimer le pays qui est notre seul héritage commun à ne pas détruire

Au sortir de ces échanges et des informations fouillées et sensibles, les membres des structures de la Société Civile se disent satisfaits et ont exprimé leur remerciement aux autorités de la CENI. Ils ont tous par la bouche de l’Abbé José MPUNDU promis de s’impliquer dans la sensibilisation de la population à s’approprier ces innovations qui vont à coup sûr permettre une bonne organisation des élections au pays. Ils ont pris également l’engagement de mener un plaidoyer pour l’autofinancement des élections.