MENU

Norbert BASENGEZI KATINTIMA : sans le Kasaï, il n’y a pas de Congo



A l’occasion de la rencontre d’échanges entre la CENI et le caucus des parlementaires du Kasaï, le Vice-président Norbert BASENGEZI KATINTIMA a invité ces élus à se mobiliser pour la réussite de la Révision du fichier électoral dans cette partie du territoire national.

Au nom de la Commission Electorale Nationale Indépendante, le Vice-président Nobert BASENGEZI KATINTIMA a salué la disponibilité des élus du Kasaï qui  ont répondu promptement à cette rencontre initiée la veille.

Abordant brièvement les péripéties qui ont conduit au retour de la CENI au Kasaï et la cérémonie du lancement des opérations de l’identification et de l’enrôlement des électeurs du 12 septembre 2017, le Vice-président a rappelé que la CENI n’a fait aucune concession quant à sa ferme volonté de conduire les élections avec l’ensemble des Congolais. S’il y a quelques mois le maître-mot de la CENI a été « pas des élections sans le Kasaï », Norbert BASENGEZI KATINTIMA estime désormais que le slogan de tout Congolais devrait être « sans le Kasaï, le Kasaï central et les territoires de Kamiji et Luilu, n’y a pas de Congo ». Une façon de rappeler à tous que le sort d’une partie du territoire national doit continuer à préoccuper tout un chacun.

Le Vice-président Norbert BASENGEZI KATINTIMA a répondu à l’inquiétude des députes quant au nombre des jours consacrés aux opérations de la révision du fichier électoral dans le Kasaï. Comme partout ailleurs, la durée de l’ouverture d’un centre d’inscription sera de 90 jours par respecter d’équité. Par contre, la prolongation ne sera de mise d’où l’appel à une implication active des élus pour la réussite de ces opérations.

Le Vice-président de la CENI a assuré les députés sur l’enrôlement de tous les requérants jusqu’au dernier avant le dépôt de la loi relative à la répartition des sièges au parlement. C’est dans ce cadre qu’au nom du Président de la CENI, le Vice-président s’est engagé à impliquer tous les députés dans les activités de sensibilisation sur le terrain. En retour, la CENI attend de ces élus comme de tous les autres, un vote de la loi électorale qui sera discutée au court de la session parlementaire qui vient de s’ouvrir.